Plus de 15 000 critiques à consulter !
Recherche :
Cliquez ici pour retourner à la page d'accueilLe Guide de la Bonne Lecture 
« La vie puise dans l’écriture et les livres s’inspirent de la réalité » -- Enrique Vila-Matas
Nouveautés
Bouquinet
VOS LIVRES COUPS DE COEUR
Forum de discussion
QUIZZ
LIENS
100 DERNIÈRES CRITIQUES AJOUTÉES
Écrivez votre critique
 

Par genre
Arts et littérature
Bandes dessinées
Biographie
Classique littéraire
Enfant
Ésotérisme
Essai
Faits vécus
Fiction
Histoire, Géographie et Politique
Horreur
Humour
Jeunesse
Langue et linguistique
Le livre ou le film?
Littérature érotique
Mystère et Policier
Philosophie, religion et spiritualité
Poésie
Psychologie et Sociologie
Romance
Roman historique
Science
Science fiction et Fantaisie
Théâtre
Vie pratique
Voyage et Tourisme

Liste par auteurs
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Liste par titres
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z
1
2
3
4
5
6
7
8
9


Critique sur
les auteurs
Portrait
d'auteurs
Les auteurs
sur le net
Pseudonymes

infos
Contacts
Recherche
Plan du site
FAQ
Ajouter un lien vers le Guide depuis votre site

 
Recueillement
4 étoiles

    Baudelaire, Charles  lister les titres de cet auteur 
  Ce sonnet en lui-même paraît assez triste et quelque peu mystique. Dans l'ensemble, on peut trouver une note de romantisme par le fait qu'il a l'air de personnifier sa douleur personnelle. Le poète réfute les plaisirs de la vie, traite le plaisir de bourreau; par ce fait, il nous montre une profonde tristesse et un dédain vis-à-vis des choses matérielles. Dans la première strophe, on ne peut pas encore comprendre le pourquoi de ce désir de tranquillité, de repos. Lorsque le soir descend, tout est obscur et le moment est propice aux réflexions et aux recueillements. Le dernier vers de la strophe est une vérité générale et il place le souci en fin de vers pour que l'attention reste fixée sur ce mot, au moment de la lecture de la seconde strophe, qui est plus morbide que la première. Le plaisir ne l'aidera pas dans sa douleur et il ne peut y avoir que remords. Les deux premières strophes nous entraînent donc dans une tristesse profonde et un désintéressement total de la vie normale. La troisième et la quatrième, au contraire, nous montrent le pourquoi de cette âme meurtrie. L'auteur préfère se nourrir de souvenirs et de regrets plutôt que la douceur du soir, pour se souvenir. Il se nourrit vraiment de son malheur. Lorsque enfin nous atteignons la dernière strophe, nous avons l'impression que ce n'est plus pour se nourrir de douleur. On a l'impression qu'il entend venir la mort et avec elle sa douleur finira. C'est alors que l'on saisit le mieux le sens de tranquillité du premier vers de la première strophe. Le premier vers : on a l'impression qu'il voudrait s'embarquer pour un long voyage. Le second : linceul n'est pas juste pour la nuit mais il signifie « draps », les draps avec lesquels il sera enveloppé pour monter dans l'arche qui se rangera sur l'autre rive. Cette nuit qu'il attend, elle marche, elle arrive auprès de lui. Bientôt ce sera l'obscurité complète, les plaisirs, la douleur s'évanouiront dans un long rêve éternel.
  Mirese (121 critiques, cliquez pour les voir)
 
Genre : Poésie TOP
   Date : 6/1/2006 ajoutez votre critique


 

Livre(s) de Charles Baudelaire critiqué(s) sur le Guide

fleurs du mal (Les)
paradis artificiels (Les)
Recueillement

 

En ligne : 785 visiteur(s)




Liste des lecteurs
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

recommander ce site
 



[Suggérez-nous un sondage]


 

 
up

hebdotop
Votez pour ce site