Plus de 15 000 critiques à consulter !
Recherche :
Cliquez ici pour retourner à la page d'accueilLe Guide de la Bonne Lecture 
« Je n’ai jamais eu de chagrin qu’une heure de lecture n’ait dissipé » -- Montesquieu
Nouveautés
Bouquinet
VOS LIVRES COUPS DE COEUR
Forum de discussion
QUIZZ
LIENS
100 DERNIÈRES CRITIQUES AJOUTÉES
Écrivez votre critique
 

Par genre
Arts et littérature
Bandes dessinées
Biographie
Classique littéraire
Enfant
Ésotérisme
Essai
Faits vécus
Fiction
Histoire, Géographie et Politique
Horreur
Humour
Jeunesse
Langue et linguistique
Le livre ou le film?
Littérature érotique
Mystère et Policier
Philosophie, religion et spiritualité
Poésie
Psychologie et Sociologie
Romance
Roman historique
Science
Science fiction et Fantaisie
Théâtre
Vie pratique
Voyage et Tourisme

Liste par auteurs
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Liste par titres
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z
1
2
3
4
5
6
7
8
9


Critique sur
les auteurs
Portrait
d'auteurs
Les auteurs
sur le net
Pseudonymes

infos
Contacts
Recherche
Plan du site
FAQ
Ajouter un lien vers le Guide depuis votre site

 
Macbeth
5 étoiles

    Shakespeare, William  lister les titres de cet auteur 
  Ma passion pour le théâtre shakespearien a été beaucoup plus forte près ma lecture de Macbeth.
Cette pièce m'a enchantée par la diversité des genres. Au départ, on voit ici une pièce historique. Mais ce dernier aspect ne sert en fait que de toile de fond et laisse la place au côté psychologique. Cela évite d'ailleurs que la pièce soit trop académique. D'ailleurs, l'histoire a été un peu modifiée, notamment dans la durée du règne de Macbeth, écourtée dans la pièce, qui a été longue de 17 ans.
Macbeth est avant tout une étude de la nature humaine. On ne reste pas sur le constat mais on analyse. Macbeth est plus une victime au début de la pièce. Car à cause de quelques éléments, il arrive à commettre un crime horrible, qu'il n'aurait jamais commis s'il avait été seul. Macbeth ouvre son âme au Mal, il commet d'autres assassinats, par l'intermédiaire d'assassins, et va consulter les sorcières, qui sont pour lui un oracle. Ildevient ambitieux. Le Mal s'est emparé de lui, contre son gré. Et c'est cela que Shakespeare veut faire comprendre. De plus, il est bien mis en évidence l'importance de la conscience, qui pousse aux hallucinations d'une part de Macbeth, lorsqu'il croit voir le spectre de Banco, et d'autre part de lady Macbeth lorsqu'elle a l'impression d'avoir du sang sur ses mains. Elle prononce d'ailleurs la célèbre réplique «qui aurait cru que le vieux homme eût en lui tant de sang?». Elle sombre en pleine folie et en meurt.
Et puis, c'est du Shakespeare, plus baroque que jamais, sans limite aucune, où le délire et le surnaturel sont permis. C'est un ensemble de répliques qui ont marqué le panthéon littéraire.
Chapeau, monsieur Shakespeare.
  Romain Amoric (4 critiques, cliquez pour les voir)
 
Genre : Théâtre TOP
   Date : 7/1/2003 ajoutez votre critique


 

Livre(s) de William Shakespeare critiqué(s) sur le Guide

Macbeth
roi Lear (Le)
songe d'une nuit d'été (Le)
tempête (La)

 

En ligne : 2039 visiteur(s)




Liste des lecteurs
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

recommander ce site
 



[Suggérez-nous un sondage]


 

 
up

hebdotop
Votez pour ce site