Plus de 15 000 critiques à consulter !
Recherche :
Cliquez ici pour retourner à la page d'accueilLe Guide de la Bonne Lecture 
« La lecture est à l’esprit ce que l’exercice est au corps » -- J. Addison
Nouveautés
Bouquinet
VOS LIVRES COUPS DE COEUR
Forum de discussion
QUIZZ
LIENS
100 DERNIÈRES CRITIQUES AJOUTÉES
Écrivez votre critique
 

Par genre
Arts et littérature
Bandes dessinées
Biographie
Classique littéraire
Enfant
Ésotérisme
Essai
Faits vécus
Fiction
Histoire, Géographie et Politique
Horreur
Humour
Jeunesse
Langue et linguistique
Le livre ou le film?
Littérature érotique
Mystère et Policier
Philosophie, religion et spiritualité
Poésie
Psychologie et Sociologie
Romance
Roman historique
Science
Science fiction et Fantaisie
Théâtre
Vie pratique
Voyage et Tourisme

Liste par auteurs
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Liste par titres
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z
1
2
3
4
5
6
7
8
9


Critique sur
les auteurs
Portrait
d'auteurs
Les auteurs
sur le net
Pseudonymes

infos
Contacts
Recherche
Plan du site
FAQ
Ajouter un lien vers le Guide depuis votre site

 
* 
Baudolino
4 étoiles

    Eco, Umberto  lister les titres de cet auteur 
  XIIe siècle. Baudolino, conseiller de Fréderic Barbe Rousse, souverain du Saint-Empire Romain germanique, raconte ses aventures rocambolesques à Nicétas, un homme rencontré au cours du sac de Constantinople par les croisés.
Difficile de résumer un livre de plus de 660 pages qui est plus une épopée relatant les différents moments de la vie du héros qu'une intrigue très construite du genre de Da Vinci Code ou Millenium. Ce genre de récit, vieux comme l'histoire de la littérature (l'épopée de Gilgamesh : IIe millénaire av JC) n'est plus très à la mode aujourd'hui et il m'a fallu un moment pour m'y habituer. Je me suis aussi rapidement rendu compte que la lecture de l'ouvrage convenait peu au rythme des trajets quotidiens de RER et c'est sans doute l'une des raisons pour lesquelles j'ai mis un temps phénoménal à le terminer. Pour déguster ce roman-fleuve, privilégiez les vacances, la plage et l'insouciance au stress quotidien qui convient mieux aux romans rythmés.
L'histoire maintenant. D'un point de vu historique, j'ai beaucoup appris sur l'histoire d'une région de l'Europe qui correspond à la Bavière, la Suisse et le nord de l'Italie. Tout ça, comme dans les romans d'Eco, est raconté dans un style qui mélange érudition et légèreté. Toutefois, contrairement au Pendule de Foucault et plus encore qu'avec le Nom de la Rose, c'est la légèreté qui prime, frisant ainsi avec la Commedia Del Arte.
À partir de la mort de Fréderic, on bifurque dans le fantastique. Le personnage de Baudolino se creuse et nous arrivons petit à petit dans un tableau de Jérome Bosch, au milieu de personnages fabuleux qui se perdent dans d'interminables querelles théologiques. On bascule ensuite dans l'héroic fantasy avec une menace guerrière couplée d'une belle romance. On quitte à ce moment la théologie pour aborder la philosophie.
Puis on revient au commencement et aux quelques années qui vont suivre, jusqu'à la fin du héros.
Un très beau livre sur un personnage qui a le physique de Sancho Panza et qui pense comme Don Quichotte. Comme dans le roman de Cervantes, l'ouvrage s'articule autour de la notion de vérité. Nous sommes prévenus dès le départ, Baudolino est un menteur. Pourtant, derrière son récit fabuleux, on finit par percevoir quelques accents de vérité, c'est ce qui rend le personnage touchant.
Un grand livre à lire en prenant son temps, un livre qui ne se dévore pas, mais qui vous bouleverse lentement.
  Charles (25 critiques, cliquez pour les voir)
 
Genre : Roman historique TOP
   Date : 8/21/2011 * nouveauté * ajoutez votre critique

Baudolino
4.5 étoiles

    Eco, Umberto  lister les titres de cet auteur 
  Baudolino est sans doute le plus génial menteur de tous les temps. Mais Baudolino ment pour la bonne cause, pour son village, pour son empereur, Frédéric Barberousse, que ses premières affabulations d'adolescent ont séduit et qui, sous l'incognito d'un voyageur de passage, et contre monnaie sonnante, obtient de ses parents paysans la permission de l'emmener comme homme de compagnie.
À la cour de Barberousse, Baudolino se met alors à écrire l'Histoire, non pas en racontant les événements, mais en les créant et en les forçant à se produire.
Après avoir inventé le royaume du prêtre Jean et le Graal, Baudolino, qui croit dur comme fer à ses fables, se met à leur recherche, chargé d'une légation officielle par l'empereur, à qui a été envoyée par le prêtre Jean en personne une invitation créée de toutes pièces par le héros et ses compagnons, sous la forme d'un parchemin qui devient un document historique.
Et bien sûr, au cours de ses voyages, au long de ses années, Baudolino rencontre tous les êtres qu'il a imaginés, visite toutes les régions nées de sa pensée poétique, vit tous les événements qu'il a prédit de voir, et en fait la chronique.
Et bien sûr, il tombera amoureux d'une hypathie, créature de ses propres rêves, avec laquelle il vivra une très belle histoire d'amour, malgré les jambes velues et les sabots de la belle jeune fille-chèvre.
Baudolino, pris dans son mensonge, ne peut que s'efforcer de rendre réel ce qu'il dit : « J'étais désormais consacré au mensonge. Il est difficile d'imaginer ce qui se passait dans ma tête. Je me disais : tant que tu inventais, tu inventais des choses qui n'étaient pas vraies, mais elles le devenaient… » Le pouvoir du mensonge est tel qu'il suffit « de croire vraie une relique » et « on en perçoit le parfum »…
La narration est truculente, succulente. Il y a du Rabelais et du Cervantès dans cette fresque gaie, paillarde, crue, et le lecteur s'amuse jusque dans le récit, souvent délirant, des pires atrocités. Les inventions lexicales sont autant de joyaux qui rehaussent l'éclat des faits narrés et les discours des personnages.
Étonnant et détonnant, le roman, picaresque et baroque, est ponctué de réflexions qu'on mettrait volontiers dans l'esprit critique de Montaigne.
Le tour de force d'Umberto Ecco est d'écrire au XXIe siècle un roman médiéval et, de même que son Baudolino devient le héros des chroniques qu'il raconte, de même pousse-t-il le génie jusqu'à devenir, ce faisant, un écrivain médiéval : mais on connaît l'immense talent de l'auteur du Nom de la rose.
Alors on se régale, on se pourlèche, on festoie, en bavant sans gêne et en s'essuyant rapidement du revers de la manche, pour ne pas en perdre ni goutte ni miette, de cette écriture gargantuesque, de ces combats épiques, de ces joutes d'imagination! C'est énorme!
  Patryck Froissart (14 critiques, cliquez pour les voir)
 
Genre : Fiction TOP
Édition : Grasset, 2002
   Date : 9/1/2006 ajoutez votre critique


 

Livre(s) de Umberto Eco critiqué(s) sur le Guide

Baudolino
Comment voyager avec un saumon
île du jour d'avant (L')
nom de la rose (Le)
nom de la rose (Le)
pendule de Foucault (Le)
pendule de Foucault (Le)

 

En ligne : 661 visiteur(s)




Liste des lecteurs
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

recommander ce site
 



[Suggérez-nous un sondage]


 

 
up

hebdotop
Votez pour ce site