Plus de 15 000 critiques à consulter !
Recherche :
Cliquez ici pour retourner à la page d'accueilLe Guide de la Bonne Lecture 
« Qui a bu, boira. Qui a lu, lira » -- Victor Hugo
Nouveautés
Bouquinet
VOS LIVRES COUPS DE COEUR
Forum de discussion
QUIZZ
LIENS
100 DERNIÈRES CRITIQUES AJOUTÉES
Écrivez votre critique
 

Par genre
Arts et littérature
Bandes dessinées
Biographie
Classique littéraire
Enfant
Ésotérisme
Essai
Faits vécus
Fiction
Histoire, Géographie et Politique
Horreur
Humour
Jeunesse
Langue et linguistique
Le livre ou le film?
Littérature érotique
Mystère et Policier
Philosophie, religion et spiritualité
Poésie
Psychologie et Sociologie
Romance
Roman historique
Science
Science fiction et Fantaisie
Théâtre
Vie pratique
Voyage et Tourisme

Liste par auteurs
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Liste par titres
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z
1
2
3
4
5
6
7
8
9


Critique sur
les auteurs
Portrait
d'auteurs
Les auteurs
sur le net
Pseudonymes

infos
Contacts
Recherche
Plan du site
FAQ
Ajouter un lien vers le Guide depuis votre site

 
Tandis que j'agonise
4.5 étoiles

    Faulkner, William   lister les titres de cet auteur 
  Ce livre est presque une véritable épopée, une petite Odyssée! La mère, Addie Bundren, se meurt et, par sa fenêtre, elle entend son fils Cash qui scie les planches de son cercueil. Elle a émis le voeu d'être enterrée dans une autre ville, avec ses parents.
Ansen Bundren, son mari, est tellement avare qu'il refuse au médecin d'entrer chez lui jusqu'au moment où il obtient la garantie que cette visite est bien gratuite! Il y a quatre fils et, une fois la mère décédée, les voilà qui mettent le cercueil à l'arrière de la carriole et qui partent tous vers l'autre ville. Les chemins sont infects suite à de terribles pluies et le voyage va presque devenir une épopée cocasse.
La description de ces petits blancs du Sud, presque plus pauvres que les noirs!... Âpres, petits, mesquins, terre à terre, durs, quasi analphabètes et j'en passe...
Un très grand livre et qui arrive presque à nous faire oublier ce que ce voyage pourrait avoir de dramatique, mais il sera difficile!
Le tout avec le style grandiose et très particulier de Faulkner!

Suggestion(s) de lecture :

Lumière d'août et Sartoris, du même auteur.
  Hubert Viteux (225 critiques, cliquez pour les voir)
 
Genre : Fiction TOP
   Date : 12/1/2005 ajoutez votre critique

Tandis que j'agonise
4 étoiles

    Faulkner, William  lister les titres de cet auteur 
  Vision saisissante de l'âme humaine, Tandis que j'agonise fait partie des oeuvres dont Faulkner a situé l'action à Yoknapatawpha, lieu imaginaire. Si le sujet est fort simple - Anse, afin de respecter la promesse faite à sa femme, conduit le cercueil avec toute la famille à Jefferson pour l'y enterrer -, la confrontation des quinze narrateurs aboutit à un tableau complexe des comportements de cette famille rurale pauvre. Plusieurs lectures sont possibles : la première, évidente, la description des moeurs rurales, n'est pas la moins riche. Nuancée des portraits psychologiques des personnages qui se dévoilent peu à peu au fil de leurs monologues ou des témoignages, elle donne une vision saisissante de l'âme humaine. Samson, un voisin, a cette réflexion étonnante de justesse au sujet des femmes de Tandis que j'agonise : « Mais elles se rendent la vie pénible en refusant de l'accepter telle qu'elle est, comme font les hommes. » Mais ces derniers n'en sont pas pour autant fatalistes. Tull aide ce paresseux de Anse par habitude et, songe-t-il, « le Seigneur aussi, sans doute ». Quant à Anse, il a promis, il fait donc le voyage, quoiqu'il lui en coûte.
Une chronologie affective à travers cette lente épopée (autre lecture possible), aucun des hommes ne se rebiffe, seule Dewey Dell voudrait changer son état. Bien sûr, chacun profite de l'occasion pour accomplir de petits rêves. L'un, un dentier, l'autre, une machine à musique... Mais ces préoccupations n'entachent en rien l'accomplissement de la parole donnée. Et, tout au long de leur chemin, la mère, vivante dans leur esprit, règne une dernière fois (la première, sans doute) sur sa famille. Son monologue n'intervient d'ailleurs qu'au milieu du roman alors qu'elle est décédée depuis longtemps. C'est là un aspect capital de l'écriture de Faulkner : une chronologie affective et non temporelle. Le monologue du prêtre qui justifie son arrivée lors de la veillée funèbre n'intervient qu'au milieu du récit. Celui-ci se construit autour du voyage, thème central et révélateur de l'intrigue. Il est alors logique que quelques clés soient données juste avant l'arrivée en ville (les monologues de Witfield, de Cora, d'Addie, de Peabody). Tout le voyage est alors celui d'une tribu dont la vie est comprise entre les souvenirs distincts de ses membres et un projet commun. Peu d'actes sont d'ailleurs décrits, le monologue favorisant la description de sa gestation et, somme toute, ce sont les éternelles fascinations qui se retrouvent : la folie, l'adultère, la mort, mais exprimées avec une étonnante force. Quant à la nouvelle Mrs. Bundren, elle n'est que la réaffirmation du quotidien après la parenthèse de la mort.
  Christiane Mélin (332 critiques, cliquez pour les voir)
 
Genre : Fiction TOP
   Date : 11/1/2005 ajoutez votre critique


 

Livre(s) de William  Faulkner critiqué(s) sur le Guide

bruit et la fureur (Le)
intrus (L')
Requiem pour une nonne
Tandis que j'agonise

 

En ligne : 917 visiteur(s)




Liste des lecteurs
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

recommander ce site
 



[Suggérez-nous un sondage]


 

 
up

hebdotop
Votez pour ce site