Sujets actifsSujets actifs  Liste des membresListe des membres  CalendrierCalendrier  Rechercher dans le ForumRechercher  AideAide
  InscriptionInscription  ConnexionConnexion

Lectures communes du Forum
 Le forum du Guide - Critiques de livres : Littérature : Lectures communes du Forum
Icône du message Sujet: Douze ans d'esclavage, de S. Northup Répondre Nouveau sujet
<< Précédent Page  de 3 Suivant >>
Auteur Message
* Ça *
Déclamateur
Déclamateur
Image
Modérateur
Depuis le: 19 novembre 2004 Status actuel: Inactif
Messages: 7625
Citer * Ça * Réponsebullet Envoyé : 13 février 2016 à 08:43

Pas abandonné, mais je ne suis pas encore rendue là.

Je sais que je suis tard, mais je lis peu. Maladie sérieuse pour mon conjoint avec tout ce qui s'en suit, opération, traitement et convalescence. Veut, veut pas, je lis beaucoup moins, moi qui déjà avais beaucoup ralentie. Je persiste tout de même, ayant renouvelée pour la quatrième fois mon dernier livre de biblio.
J'espère vraiment entreprendre la lecture commune au cours de la semaine prochaine.

Ah et puis j'ai une autre excuse...je prépare notre déménagement et la vente de la maison. Ça c'est pour le mieux, mais ça m'a pris plusieurs semaines à me faire à l'idée. Je suis une sédentaire je crois bien.

Bon fini mes jérémiades. Je t'assure Denis que je vais y venir bientôt à cette lecture commune qui me tente vraiment.




*** Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux _ J.Renard

*** Les gens qui ne rient jamais ne sont pas sérieux _ Alphonse Allais


IP IP Noté
Grominou2
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 04 octobre 2006 Status actuel: Inactif
Messages: 13546
Citer Grominou2 Réponsebullet Envoyé : 13 février 2016 à 09:32
Ça t'en fais beaucoup sur ton assiette, prends bien soin de toi à travers tout ça!

Moi aussi j'ai hâte de lire notre LC, le Proust me prend plus de temps que prévu...
Grominou

Mon blogue de lecture: http://jai-lu.blogspot.ca
IP IP Noté
denis76
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 21 janvier 2010 Status actuel: Inactif
Messages: 6872
Citer denis76 Réponsebullet Envoyé : 13 février 2016 à 10:58
Ok les filles, vous êtes excusées

Prends soin de ton cheum, Martine...Et de toi aussi, car s'occuper d'un proche pompe de l'énergie.
IP IP Noté
Grominou2
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 04 octobre 2006 Status actuel: Inactif
Messages: 13546
Citer Grominou2 Réponsebullet Envoyé : 26 février 2016 à 21:20
Ça y est j'ai commencé!
Grominou

Mon blogue de lecture: http://jai-lu.blogspot.ca
IP IP Noté
* Ça *
Déclamateur
Déclamateur
Image
Modérateur
Depuis le: 19 novembre 2004 Status actuel: Inactif
Messages: 7625
Citer * Ça * Réponsebullet Envoyé : 03 mars 2016 à 12:48


Moi aussi finalement!   





*** Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux _ J.Renard

*** Les gens qui ne rient jamais ne sont pas sérieux _ Alphonse Allais


IP IP Noté
Muffin
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 14 août 2009 Status actuel: Inactif
Messages: 2043
Citer Muffin Réponsebullet Envoyé : 04 mars 2016 à 01:39
Bravo Grominou et *Ca* !
*Ca*, je te souhaite bon courage, j'espère que ton conjoint se porte bien.
Crédit photo http://500px.com/robmutch
IP IP Noté
Grominou2
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 04 octobre 2006 Status actuel: Inactif
Messages: 13546
Citer Grominou2 Réponsebullet Envoyé : 04 mars 2016 à 01:44
J'ai presque fini, je reviens d'ici un jour ou deux avec mes impressions.
Grominou

Mon blogue de lecture: http://jai-lu.blogspot.ca
IP IP Noté
Grominou2
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 04 octobre 2006 Status actuel: Inactif
Messages: 13546
Citer Grominou2 Réponsebullet Envoyé : 05 mars 2016 à 01:25
Voilà, je vous copie ici le premier jet du billet qui paraîtra sous peu dans mon blogue:

Le film ayant gagné de nombreux prix il y a un an ou deux, inutile sans doute de rappeler que ce livre raconte les mésaventures d’un homme noir kidnappé et vendu en esclavage en Louisiane au XIXe siècle. Cependant, certains ne savent peut-être pas qu’il s’agit d’une histoire vraie, ce qui en rend la lecture d’autant plus poignante.

Le style est un peu lourd, désuet. Solomon Northup donne énormément de détails, de peur de n’être pas cru, sans doute. De plus, il n’y a pas beaucoup de suspense puisqu’on sait à l’avance dans combien de temps il sera libéré, quel méchant sera traduit en justice ou pas, etc. C’est donc plus en tant que document historique qu’en tant qu’œuvre littéraire qu’on peut apprécier cet écrit. Il est vraiment impressionnant de lire un témoignage de première main sur le fonctionnement de la traite des esclaves, de la culture du coton et de la canne à sucre, sur la vie quotidienne dans les plantations et sur nombre d'autres sujets. J’ai été particulièrement surprise de constater que l’enlèvement et la vente d’hommes libres était assez courante, puisque Solomon fait la rencontre de plusieurs esclaves qui ont vécu cette situation.


Je reviens bientôt lire vos avis!
Grominou

Mon blogue de lecture: http://jai-lu.blogspot.ca
IP IP Noté
denis76
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 21 janvier 2010 Status actuel: Inactif
Messages: 6872
Citer denis76 Réponsebullet Envoyé : 05 mars 2016 à 02:19
Je te trouvais sévère au début de ta critique, puis tu as changé d'angle de vue (document) et là, je vois ton admiration !

"Avant la guerre de Sécession, le recensement américain de 1860 dénombre quatre millions d’esclaves dans le pays" (wikipédia)

Vous n'avez pas connu ça, vous autres les cousins. L'esclavage, pour les champs de coton (confédérés), de canne à sucre (Cuba, la Réunion, etc..) n'a pas existé au Canada, si ?
IP IP Noté
Grominou2
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 04 octobre 2006 Status actuel: Inactif
Messages: 13546
Citer Grominou2 Réponsebullet Envoyé : 05 mars 2016 à 02:59
Oui il y en a eu, mais pas de l'ampleur qu'ont connue les États-Unis. Éventuellement ce fut interdit dans tout l'Empire britannique et le Canada devint une terre d'accueil pour les esclaves en fuite.
Grominou

Mon blogue de lecture: http://jai-lu.blogspot.ca
IP IP Noté
denis76
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 21 janvier 2010 Status actuel: Inactif
Messages: 6872
Citer denis76 Réponsebullet Envoyé : 05 mars 2016 à 14:13
OK, un peu comme les états du Nord des US....
IP IP Noté
Grominou2
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 04 octobre 2006 Status actuel: Inactif
Messages: 13546
Citer Grominou2 Réponsebullet Envoyé : 06 mars 2016 à 00:45
Avez-vous lus d'autres livres sur le thème de l'esclavage aux États-Unis?   

Moi il y en a deux qui me viennent en tête spontanément: Racines de Alex Haley, un roman qui raconte l'histoire de la famille de l'auteur en remontant jusqu'à l'ancêtre capturé en Afrique, roman que j'ai lu quand j'étais ado après avoir vu la série télévisée qui en avait été tiré; et Beloved de Toni Morrison qui raconte l'histoire d'une femme noire ayant réussi à s'enfuir avec sa fille, roman absolument magistral (mais presque insoutenable) que j'ai lu il y a quelques années.
Grominou

Mon blogue de lecture: http://jai-lu.blogspot.ca
IP IP Noté
denis76
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 21 janvier 2010 Status actuel: Inactif
Messages: 6872
Citer denis76 Réponsebullet Envoyé : 06 mars 2016 à 02:52
Non, mais sur l'esclavage et les "marrons" à Cuba, et à la Réunion.

http://www.babelio.com/livres/Vaxelaire-Chasseur-de-Noirs/117177/critiques/1000226
IP IP Noté
Muffin
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 14 août 2009 Status actuel: Inactif
Messages: 2043
Citer Muffin Réponsebullet Envoyé : 06 mars 2016 à 03:49
Intéressante ta critique, Grominou. je comprends ce que tu dis du style au début, que tu qualifies d'un peu lourd, et du fait que Northup révèle souvent la suite pendant sa narration. Je l'ai pris autrement, à savoir qu'il s'agit d'un compte rendu non romancé, d'un simple homme qui raconte son histoire pour le contenu plus que pour le style. Cela dit, par la suite je trouve qu'il fait beaucoup plus attention au style. On dirait presque que c'est écrit d'un jet, et qu'il n'a donc pas repris le début, qui ressemble à un "échauffement".

Grominou, pour répondre à ta question, j'ai lu quelques romans sur le thème afro-américain, c'est un de mes thèmes de prédilection. Un autre livre autobiographique qui fut un réel coup de coeur pour moi : Life on the Color Line: The True Story of a White Boy Who Discovered He Was Black, de Gregory Howard Williams (le sous-titre peut paraitre racoleur mais le bouquin ne l'est pas), malheureusement non-traduit en Français.

Autrement, lorsque j'étudiais à Toronto, j'avais un cours sur l'immigration et la classe ouvrière au Canada (Labor and Immigration in Canada) et j'avais choisi comme thème de rendu The Underground Railroad-Myth and Reality (que j'évoque dans la dernier paragraphe de ma critique). Pour ce travail j'avais lu notamment un livre très intéressant, il faudrait que je retrouve ma biblio.
Crédit photo http://500px.com/robmutch
IP IP Noté
Grominou2
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 04 octobre 2006 Status actuel: Inactif
Messages: 13546
Citer Grominou2 Réponsebullet Envoyé : 07 mars 2016 à 00:58
Muffin, tu me rappelles que quand j'étais ado j'ai lu un roman jeunesse sur le Underground Railroad que j'avais adoré mais dont j'ai complètement oublié le titre!

Je suis tout à fait d'accord avec toi, le but de Northup n'était pas de faire oeuvre littéraire mais plutôt de rendre un témoignage, et là-dessus c'est réussi à 100%!
Grominou

Mon blogue de lecture: http://jai-lu.blogspot.ca
IP IP Noté
Errant2
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 18 avril 2014
Pays:
Canada
Status actuel: Inactif
Messages: 899
Citer Errant2 Réponsebullet Envoyé : 13 mars 2016 à 17:04
Désolé groupe, mais j'abandonne "Twelve years a slave".

Rendu à 40% je trouve toujours quelque chose d'autre de plus attirant à lire; c'est un signe qui ne ment pas!

Je me laisse sans doute aussi influencer par une excellent article dans la Presse+ où plusieurs auteurs se prononcent sur la difficile question: Peut-on, doit-on, abandonner un livre en cours de route. Michel Tremblay dit qu'au bout de 100 pages, il le c.............. contre le mur si le déclic ne s'est pas fait, d'autres tiennent à le finir à tout prix. Je suis généralement de cette école, mais là je décroche car je n'y trouve rien. Je ne dis pas que c'est mauvais, juste que cela ne me convient pas.

On se reprendra.
Tant qu'on a pas aimé un animal, une partie de l'âme... reste endormie - Anatole France
IP IP Noté
Grominou2
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 04 octobre 2006 Status actuel: Inactif
Messages: 13546
Citer Grominou2 Réponsebullet Envoyé : 13 mars 2016 à 20:19
Aucun problème, Errant, je suis plutôt de l'école Michel Tremblay, et même ça m'arrive souvent de ne pas me rendre à 100 pages!

Il est vrai que le style d'écriture de Northup n'est pas très accrocheur!
Grominou

Mon blogue de lecture: http://jai-lu.blogspot.ca
IP IP Noté
* Ça *
Déclamateur
Déclamateur
Image
Modérateur
Depuis le: 19 novembre 2004 Status actuel: Inactif
Messages: 7625
Citer * Ça * Réponsebullet Envoyé : 13 avril 2016 à 13:13


Me voilà finalement. Je pose mon avis et puis je pars à la lecture des vôtres.





CRITIQUE


Esclave pendant 12 ans, est le récit d’un homme né libre dans une Amérique divisée à quelques années de la Guerre Civile Américaine, qui fut enlevé, torturé, vendu, et gardé en esclavage durant 12 longues années.

Dans cette traduction où l’on peut lire l’avant-propos de l’éditeur de l’époque (1853) qui précise avoir présenté l’histoire de Solomon Northup dans son intégralité, de même que la plupart des faits ainsi rapportés furent vérifiés et corroborés par plusieurs preuves. Faits que rien par la suite n’a permis de déceler la moindre incohérence ou fausseté dans les déclarations de Solomon Northup. Le style peu recherché du texte nous porte à croire que le récit fut indubitablement livré par l’homme humble et simple que semblait être Solomon Northup.

Une lecture au relent très fortement marqué par le passage du temps. Je ne suis pas arrivée à faire fi du décalage entre ce siècle et le nôtre. En général j’arrive assez bien à être réceptive pour une telle lecture, mais pas cette fois ci. Tout comme ça avait été le cas à la lecture du roman Une vie de Guy de Maupassant. Un peu le même type de récit par la forme et le style. Au-delà du sujet à la fois sensible et grave, la relation des épreuves vécues dans un langage vieillot et une tournure de phrases dépassée, démontrent bien l’âge du récit. Personnellement, je ne me suis pas sentie interpellée par cette histoire ou très peu, malheureusement. Je n’ai pas perçu d’émotions à travers ces mots, et ce, principalement durant la première moitié du livre.
Mais plus que le langage, le personnage lui-même ne m’a pas ému. Il m’est apparu d’une naïveté sidérante tout au long du récit. Était-ce parfois par souci de bien paraître ou la mode de l’époque? Malheureusement j’ai peu cru à une candeur qui m’a semblé démesurée, ce qui a fortement contribué à mon manque d’intérêt pour l’histoire.

Un extrait: « Notre maître s’appelait William Ford (…) Il est désormais pasteur baptiste. Dans tout le comté (…), où il est plus intimement connu, on le considère comme un noble ministre de Dieu. Pour beaucoup d’esprits septentrionaux, il est probable que l’idée d’un homme qui tient son frère en esclavage et qui pratique le commerce de la chair humaine soit incompatible avec leur conception d’une vie morale ou religieuse (…)     Un peu mon neveu!   
Mais je fus son esclave pour un temps et j’eus l’opportunité d’apprendre à bien connaître sa personnalité et son tempérament. Et ce n’est que lui rendre justice que de dire que selon moi, il n’y eut jamais de chrétien plus aimable, noble et sincère que William Ford. »

Comment même au dix-neuvième siècle peut-on à la fois représenter la foi religieuse et être esclavagiste? La mâchoire m’est quasiment tombée par terre à cette lecture. Je veux bien croire au principe « autre époque, autres mœurs », mais comment être aussi résilient, concilient, accommodant. Nommez-les! Cela dépasse mon entendement.
Et je suis encore moins disposée à pouvoir accepter l’idée qu’une personne brimée dans sa liberté et son intégrité puisse s’appliquer à satisfaire outre mesure les désirs de son maître afin de lui être agréable, tel que décrit par Northup lui-même.
Extraits : « C’était une source de plaisir que de surprendre Maître Ford avec une journée plus productive que ce qui était requis. » _ « Je travaillais dur, désireux de réussir (…) »

Par contre, à chaque fois je suis assommée par l’indicible cruauté qu’un être humain peut infliger à un autre être vivant, et invariablement je me pose la question : comment peut-on en arriver là? Un tableau honteux de la maltraitance : « (…) on entend le claquement du fouet et le hurlement des esclaves du crépuscule jusqu’à l’heure du coucher (…) »

Un détail qui a son importance à mon avis … le peu de mention des proches de S. Northup. On parle vraiment très peu dans le livre de sa femme et de ses enfants. Outre le fait que Solomon Northup en parle assez vaguement au début du récit, il ne souligne que rarement la peine d’être séparé de sa famille par la suite. Leur existence semble très peu avoir de poids dans son histoire.
Je n’ai pas ressenti le renoncement profond du personnage à son identité propre et à ses liens affectifs. Comme si cela n’avait que peu représenté au cours de son esclavage. Également, on ne sent pas de réelle révolte au long du récit. Pour moi ces omissions desservent l’histoire de l’homme. Même s’il devait taire tous liens ou détails de sa vie d’homme libre afin de survivre, j’aurais été sensible à le percevoir un peu plus dans son texte.
Un questionnement pour une perception ressentie en cours de lecture… comme une impression de deux plumes dans le déroulement du récit. La première partie du livre (environ le premier tiers), l’histoire nous est contée d’un ton plutôt naïf, presque servile et un peu niais. Peut-être moins instruit. Dans la seconde partie le ton apparaît plus délié et dynamique. Je ne mets pas en doute la véracité de l’histoire, mais peut-être qu’elle ne fut pas écrite dans son ensemble par une seule main.

Je trouve un peu malaisant d’évaluer un tel récit. Pas de fiction ici, mais bel et bien un horrible drame humain qu’ont dû vivre des milliers de pauvres gens. Malgré tout, un récit assez plat et linéaire. Une suite de faits et d’anecdotes qui relatent l’enlèvement d’un homme libre pour en faire un esclave, et les douze années de servitude passées aux mains de divers bourreaux esclavagistes.

Comment noter? À l’époque le but du livre était de dénoncer des injustices et autres atrocités, mais pas en ce qui nous concerne pour tout de suite. La raison de cette lecture était de présenter un livre et nos impressions suite à cette lecture. À mon humble avis, du seul point de vue littéraire c’est bien loin d’être un livre marquant, mais vu son caractère authentique et historique il a droit à un certain respect et à ma considération pour le message qu’il a porté, et pour les atrocités qu’il dénonçait même timidement.
Je donne donc… 2 étoiles     





*** Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux _ J.Renard

*** Les gens qui ne rient jamais ne sont pas sérieux _ Alphonse Allais


IP IP Noté
* Ça *
Déclamateur
Déclamateur
Image
Modérateur
Depuis le: 19 novembre 2004 Status actuel: Inactif
Messages: 7625
Citer * Ça * Réponsebullet Envoyé : 13 avril 2016 à 13:45

Wow! Superbe analyse du récit Muffin!
Je ne peut que constater comment cette lecture n'a pas eu le même impact sur moi.
Je me disais que Denis était plus réceptif au récit du genre par son expérience de lectures historiques, mais en voyant l'avis de Muffin, je me demande si je ne souffrirais pas d'un gros manque d'empathie?!

En terminant par le commentaire de Grominou je vois que si on y regarde pas de trop près, on a la même perception du récit. En gros, je suis surtout restée accrochée à la forme et seulement effleuré le fond.


Un peu honte de moi tout de même...






*** Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux _ J.Renard

*** Les gens qui ne rient jamais ne sont pas sérieux _ Alphonse Allais


IP IP Noté
denis76
Déclamateur
Déclamateur
Image
Depuis le: 21 janvier 2010 Status actuel: Inactif
Messages: 6872
Citer denis76 Réponsebullet Envoyé : 13 avril 2016 à 15:11
Je pense, Martine, que le style a beaucoup influencé ton jugement.
D'habitude, le style est également très important pour moi.

Mais pas dans ce livre ....Compte tenu du contexte particulier.
IP IP Noté
<< Précédent Page  de 3 Suivant >>
Répondre Nouveau sujet
Version imprimable Version imprimable

Aller au Forum
Vous ne pouvez pas écrire un nouveau sujet dans ce Forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce Forum
Vous ne pouvez pas effacer vos messages dans ce Forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce Forum
Vous ne pouvez pas créer des sondages dans ce Forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce Forum

Bulletin Board Software by Web Wiz Forums version 8.03
Copyright ©2001-2006 Web Wiz Guide

Cette page a été affichée en 0.125 secondes.