Plus de 15 000 critiques à consulter !
Recherche :
Cliquez ici pour retourner à la page d'accueilLe Guide de la Bonne Lecture 
« Qui a bu, boira. Qui a lu, lira » -- Victor Hugo
Nouveautés
Bouquinet
VOS LIVRES COUPS DE COEUR
Forum de discussion
QUIZZ
LIENS
100 DERNIÈRES CRITIQUES AJOUTÉES
Écrivez votre critique
 

Par genre
Arts et littérature
Bandes dessinées
Biographie
Classique littéraire
Enfant
Ésotérisme
Essai
Faits vécus
Fiction
Histoire, Géographie et Politique
Horreur
Humour
Jeunesse
Langue et linguistique
Le livre ou le film?
Littérature érotique
Mystère et Policier
Philosophie, religion et spiritualité
Poésie
Psychologie et Sociologie
Romance
Roman historique
Science
Science fiction et Fantaisie
Théâtre
Vie pratique
Voyage et Tourisme

Liste par auteurs
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Liste par titres
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z
1
2
3
4
5
6
7
8
9


Critique sur
les auteurs
Portrait
d'auteurs
Les auteurs
sur le net
Pseudonymes

infos
Contacts
Recherche
Plan du site
FAQ
Ajouter un lien vers le Guide depuis votre site

 
sale histoire (Une)
4 étoiles

    Dostoïevski, Fedor  lister les titres de cet auteur 
  Ivan Pralinski est fils de général et général d’administration lui-même. Il est un ardent défenseur des idées nouvelles véhiculées en Russie et en provenance d’Europe.
À ses yeux, « l’humanitarisme » à l’égard des subordonnés (après tout, ce sont aussi des êtres humains…) sauvera tout. Il servira d’assise aux réformes de demain et chacun se comprendra, les problèmes seront tous réglés à l’amiable.
Pralinski a un rien trop bu avec ses deux amis et décide de rentrer à pied chez lui. En chemin, il est attiré par un bruit assez important en provenance d’une maison devant laquelle il passe. Il se rend compte que c’est celle d’un de ses subordonnés au ministère et que celui-ci marie sa fille ce jour.
Au nom de son « humanitarisme », il décide d’entrer et de féliciter les mariés ainsi que les parents. Après tout, sa présence ne peut qu’être un grand honneur pour cette maison. Son côté condescendant va foutre toute la soirée en l’air et ce sera la pagaille.
Ce n’est pas un « grand » Dostoïevski, mais un Dostoïevski moyen vaut toujours plus que bien d’autres livres à succès!
  Hubert Viteux (225 critiques, cliquez pour les voir)
 
Genre : Classique TOP
Édition : Editions L'Age D'Homme, 1993, 73 p.
   Date : 2/1/2007 ajoutez votre critique


 

Livre(s) de Fedor Dostoïevski critiqué(s) sur le Guide

sale histoire (Une)
Souvenirs de la maison des morts

 

En ligne : 686 visiteur(s)




Liste des lecteurs
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

recommander ce site
 



[Suggérez-nous un sondage]


 

 
up

hebdotop
Votez pour ce site