Plus de 15 000 critiques à consulter !
Recherche :
Cliquez ici pour retourner à la page d'accueilLe Guide de la Bonne Lecture 
« Lire au lit ferme et ouvre à la fois le monde autour de nous » -- Alberto Manguel
Nouveautés
Bouquinet
VOS LIVRES COUPS DE COEUR
Forum de discussion
QUIZZ
LIENS
100 DERNIÈRES CRITIQUES AJOUTÉES
Écrivez votre critique
 

Par genre
Arts et littérature
Bandes dessinées
Biographie
Classique littéraire
Enfant
Ésotérisme
Essai
Faits vécus
Fiction
Histoire, Géographie et Politique
Horreur
Humour
Jeunesse
Langue et linguistique
Le livre ou le film?
Littérature érotique
Mystère et Policier
Philosophie, religion et spiritualité
Poésie
Psychologie et Sociologie
Romance
Roman historique
Science
Science fiction et Fantaisie
Théâtre
Vie pratique
Voyage et Tourisme

Liste par auteurs
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Liste par titres
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z
1
2
3
4
5
6
7
8
9


Critique sur
les auteurs
Portrait
d'auteurs
Les auteurs
sur le net
Pseudonymes

infos
Contacts
Recherche
Plan du site
FAQ
Ajouter un lien vers le Guide depuis votre site

 
nomade (Le)
3 étoiles

    Plante, Raymond  lister les titres de cet auteur 
  Le nomade, c’est le père du narrateur. Un homme parti de sa ferme natale de Saint-Barthélémy (Lanaudière) à la fin de l’adolescence, dans les années 30, pour aller travailler dans le nord de l’Ontario, après quoi il revient à Montréal, vers la fin de la vingtaine, pour se marier et avoir des enfants. Presque toute sa vie, il a eu un volant entre les mains : il a conduit des engins de chantier, a été chauffeur d’autobus, de taxi… et même de limousine pour une entreprise de pompe funèbres. Sauf que, pendant une dizaine d’années, il a tenu une épicerie du coin où il a été malheureux comme les pierres. Mais il n’avait pas le choix : il avait une famille à faire vivre et à peu près pas de marge de manœuvre. C’est à cette époque que le narrateur vivait l’époque marquante de l’adolescence, où il a vu son père sombrer dans l’alcool et décrocher devant l’évolution du Québec des années 1960.
Roman, certes, mais à forte odeur d’autofiction. Ce genre d’histoire, si typique, si terre à terre, ça ne s’invente pas. L’auteur ne s’en cache pas, d’ailleurs. Que reste-t-il pour nous? Une succession de tableaux du Québec des années 1930 à 1980, généralement intéressants mais pas toujours captivants, dans un style égal et chronologique qui n’a rien pour décoiffer mais qui tient la route.
Et des interrogations, des questions, des réflexions de l’auteur. Raymond Plante est un de ces nombreux auteurs québécois de la génération des baby-boomers qui, depuis une dizaine d’années, vont à l’assaut du mystère paternel. Un phénomène révélateur en soi, avec des résultats inégaux. On recommandera sans hésiter, sur ce thème, Les yeux du père de Guy Lalancette et Chez moi de Geneviève Robitaille. Le nomade n’atteint pas ces sommets, mais il demeure une chronique intéressante qui remuera sûrement une ou deux cordes chez le lecteur qui a vécu des événements similaires ou qui veut se remémorer ces époques.
  François Lavallée (210 critiques, cliquez pour les voir)
 
Genre : Fiction TOP
Édition : La courte échelle, 1999, 210 p.
   Date : 2/1/2007 ajoutez votre critique


 

Livre(s) de Raymond Plante critiqué(s) sur le Guide

nomade (Le)

 

En ligne : 573 visiteur(s)




Liste des lecteurs
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

recommander ce site
 



[Suggérez-nous un sondage]


 

 
up

hebdotop
Votez pour ce site