Plus de 15 000 critiques à consulter !
Recherche :
Cliquez ici pour retourner à la page d'accueilLe Guide de la Bonne Lecture 
« Une bibliothèque est un hôpital pour l’esprit. » -- Inscription dans l’ancienne bibliothèque d’Alexandrie
Nouveautés
Bouquinet
VOS LIVRES COUPS DE COEUR
Forum de discussion
QUIZZ
LIENS
100 DERNIÈRES CRITIQUES AJOUTÉES
Écrivez votre critique
 

Par genre
Arts et littérature
Bandes dessinées
Biographie
Classique littéraire
Enfant
Ésotérisme
Essai
Faits vécus
Fiction
Histoire, Géographie et Politique
Horreur
Humour
Jeunesse
Langue et linguistique
Le livre ou le film?
Littérature érotique
Mystère et Policier
Philosophie, religion et spiritualité
Poésie
Psychologie et Sociologie
Romance
Roman historique
Science
Science fiction et Fantaisie
Théâtre
Vie pratique
Voyage et Tourisme

Liste par auteurs
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Liste par titres
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z
1
2
3
4
5
6
7
8
9


Critique sur
les auteurs
Portrait
d'auteurs
Les auteurs
sur le net
Pseudonymes

infos
Contacts
Recherche
Plan du site
FAQ
Ajouter un lien vers le Guide depuis votre site

 
lit (Le)
4 étoiles

    Bragance, Anne  lister les titres de cet auteur 
  Dans son dernier roman, l'auteur nous raconte les aventures d'une femme meurtrie d'avoir été abandonnée un matin de juin par son «bien-aimé» qui la quitte après lui avoir donné une pilule rose afin de l'endormir.
À son réveil, elle constate qu'il a disparu et se décide alors par dépit et vengeance d'accueillir dans le lit conjugal autant d'hommes que d'années passées avec lui, soit quinze en tout, et auxquels elle va consacrer une heure de plus à chacun.
Le roman débute au septième amant: elle assiste en spectatrice à la scène de rupture de cet homme avec une femme qui descend de sa voiture et disparaît.
Elle va prendre place aux côtés de l'homme et lui demande de la conduire chez elle. Sur le matelas de douleur ont déjà défilé six amants: un touriste anglais, un misanthrope, un religieux puceau et des badauds recueillis dans la rue.
Le septième, prénommé Gabriel, doit passer en principe sept heures avec elle pour remplir le contrat qu'elle a signé avec elle même.
Comme aux précédents, elle va confesser son histoire de femme abandonnée, lui expliquer le pourquoi de sa présence dans cette chambre nuptiale. Au fil des heures, il se sent intrigué par cette femme meurtrie, blessée et il va se retrouver en face d'elle comme l'image de sa propre situation morale et sentimentale.
Les paroles de cette femme l'ont rendu à sa propre précarité.
«Il va lui ouvrir son livre comme elle a ouvert le sien» et le roman s'achèvera avec cette septième rencontre dont on ne dévoilera pas ici le dénouement.
Ce roman est celui de l'oubli, de cette histoire des étés que l'on croit éternels et qui n'étant que provisoires nous laissent dans la mélancolie de nos rêves inaccomplis.
Le style d'Anne Bragance est celui d'une musique tendre, douce, émouvante sans la moindre complaisance ni effets larmoyants.
  Alfred Van Roey (68 critiques, cliquez pour les voir)
 
Genre : Fiction TOP
Édition : Actes sud, 2001
   Date : avant 2001 ajoutez votre critique


 

Livre(s) de Anne Bragance critiqué(s) sur le Guide

Anibal
lit (Le)

 

En ligne : 333 visiteur(s)




Liste des lecteurs
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

recommander ce site
 



[Suggérez-nous un sondage]


 

 
up

hebdotop
Votez pour ce site