Plus de 15 000 critiques à consulter !
Recherche :
Cliquez ici pour retourner à la page d'accueilLe Guide de la Bonne Lecture 
« Une bibliothèque est un hôpital pour l’esprit. » -- Inscription dans l’ancienne bibliothèque d’Alexandrie
Nouveautés
Bouquinet
VOS LIVRES COUPS DE COEUR
Forum de discussion
QUIZZ
LIENS
100 DERNIÈRES CRITIQUES AJOUTÉES
Écrivez votre critique
 

Par genre
Arts et littérature
Bandes dessinées
Biographie
Classique littéraire
Enfant
Ésotérisme
Essai
Faits vécus
Fiction
Histoire, Géographie et Politique
Horreur
Humour
Jeunesse
Langue et linguistique
Le livre ou le film?
Littérature érotique
Mystère et Policier
Philosophie, religion et spiritualité
Poésie
Psychologie et Sociologie
Romance
Roman historique
Science
Science fiction et Fantaisie
Théâtre
Vie pratique
Voyage et Tourisme

Liste par auteurs
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Liste par titres
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z
1
2
3
4
5
6
7
8
9


Critique sur
les auteurs
Portrait
d'auteurs
Les auteurs
sur le net
Pseudonymes

infos
Contacts
Recherche
Plan du site
FAQ
Ajouter un lien vers le Guide depuis votre site

 
liseur (Le)
3 étoiles

    Schlink, Bernhard  lister les titres de cet auteur 
  Qu'est-ce que Le liseur? L'holocauste comme décor d'un roman de gare? Hélas, il faut bien admettre qu'Hannah Schmitz aurait pu perpétrer n'importe quel crime, l'intrigue aurait subsisté.
Voilà pourquoi dans Le liseur (néologisme affreux qui n'est pas le pire aspect de la traduction, malheureusement), seule la dernière partie vaut le détour, après la bluette de la première et le déroulé lassant du procès dans la deuxième. Sans cette conclusion, Le liseur n'est qu'un pâle succédané de Bildungsroman à la sauce contemporaine. Dans cette troisième partie, l'auteur a enfin quelque chose, non seulement à raconter, mais à dire. On n'a peut-être pas mieux illustré les questionnements allemands, non pas de l'après-guerre, mais de l'après-après-guerre : de ceux qui, les premiers, devaient vivre avec la Shoah, non comme expérience, mais comme héritage. On peut lire ces pages, et les relire isolément. Et cela est même recommandé.

Suggestion(s) de lecture :

Une femme à Berlin : Journal 20 avril-22 juin 1945 de Ayme
  F. Scott (première critique)
 
Genre : Fiction TOP
   Date : 7/1/2009 ajoutez votre critique

liseur (Le)
3.5 étoiles

    Schlink, Bernhard  lister les titres de cet auteur 
  À quinze ans, Michael fait la connaissance d'Hanna, de vingt ans son aînée. Il devient son amant pendant six mois. Tous les jours, lors de leur rencontre, un de leurs rites consiste à ce qu'il lui fasse la lecture. Puis subitement, elle disparaît. Sept ans plus tard, dans le cadre de ses études de droit, il assiste à un procès lié à l'Holocauste dont Hanna est l'une des coaccusées; elle se défend très mal et écope de la prison à perpétuité. Sans lui avoir reparlé, Michael découvre son secret, qui ne l'innocente pas mais qui explique certains choix qu'elle a faits. Il la revoit des années plus tard. Pour comprendre ce premier amour dont il ne s'est jamais remis, il décide d'écrire leur histoire.
J'ai bien aimé le style de l'auteur, mais le sujet m'a laissé un arrière-goût désagréable indéfinissable, peut-être dû à la gravité du sujet ou à l'ambiguïté des sentiments du narrateur. J'essaierai peut-être de lire un autre ouvrage de cet auteur pour me faire une opinion plus précise.
  Nicole Masson (6 critiques, cliquez pour les voir)
 
Genre : Fiction TOP
   Date : 6/1/2003 ajoutez votre critique

liseur (Le)
4.5 étoiles

    Schlink, Bernhard  lister les titres de cet auteur 
  Bien sûr, le contexte historique de ce livre est important : il met en scène un procès consécutif à la Deuxième Guerre mondiale. Une des accusées a été gardienne du camp d'Auschwitz-Birkenau. Mais résumer ce livre à ces quelques mots serait le caricaturer et surtout, passer à côté de la multiplicité des messages qu'il délivre. Le narrateur a découvert l'amour avec cette même femme et le titre prend son sens quand on découvre le rituel auquel s'adonnaient les deux personnages avant chaque relation. Le liseur est donc aussi un roman initiatique. La distance entre l'auteur et son lecteur est vite franchie lorsque ce dernier se demande : est-il possible d'aimer quelqu'un de coupable, et en l'occurrence du pire? Il n'y a pas de réponse à ce dilemme, en tous les cas, elle n'est pas formulée. Au-delà du contexte tragique de l'histoire, ce roman met en scène l'homme face à sa propre conscience et tente, sans l'excuser, peut-être hâtivement, d'éclairer une des facettes de la monstruosité qui poussa des centaines d'êtres humains à en exterminer des millions d'autres. Un livre absolument utile pour éradiquer les clichés sur le comportement humain.

Suggestion(s) de lecture :

L'écriture ou la vie de Jorge Semprun et Le premier homme d'Albert Camus
  Anne Bertoni (première critique)
 
Genre : Fiction TOP
   Date : avant 2001 ajoutez votre critique

liseur (Le)
5 étoiles

    Schlink, Bernhard  lister les titres de cet auteur 
  À 15 ans, Michaël fait par hasard la connaissance d'une femme de 35 ans dont il devient l'amant. Pendant, il la rejoint chez elle tous les jours, et l'un de leurs rites consiste à ce qu'il fasse la lecture à haute voix. Elle disparaît du jour au lendemain. Sept ans plus tard, Michaël assiste, dans le cadre de ses études de droit, au procès de cinq criminelles liées aux crimes nazis.
Sur le sentiment de culpabilité des Allemands d'après-guerre. Ce livre pose de nombreux cas de conscience. Captivant du début à la fin, ce livre marque par la richesse de son contenu. Chaque détail a son importance qui sera explicitée plusieurs chapitres après. Le lecteur est tellement plongé dans l'environnement du narrateur qu'il partage ensuite toutes ses émotions. Un livre très profond que je conseille sans aucune réserve.
Bernhard Schlink, né en 1944, vit à Bonn et à Berlin et exerce la profession de juge.
  Bruno Jargot (première critique)
 
Genre : Fiction TOP
   Date : avant 2001 ajoutez votre critique

liseur (Le)
4 étoiles

    Schlink, Bernhard  lister les titres de cet auteur 
  Une très belle histoire que celle de cet adolescent de l5 ans avec une femme de 35 ans. Pendant six mois ils seront amants et durant ce temps passé ensemble, Michael, à la demande d'Hanna, lui fera la lecture. Puis, sans crier gare, elle disparaît. Ce n'est que sept ans plus tard, dans le cadre de ses études de droit, qu'il la retrouvera comme criminelle de guerre, condamnée à perpétuité. Il comprend alors qu'elle ne sait pas lire et ce fait la condamne injustement. Il décide alors d'écrire leur histoire pour comprendre.
Dès les premières lignes, le lecteur est happé par l'histoire et tenu en haleine. Les deux personnages sont beaux et malgré tout ce qui les sépare et le peu qui les unit, en aucun temps le lecteur n'est porté au jugement. J'ai vraiment aimé ce livre d'où la sentimentalité, la complaisance sont exclues, qui va droit au cœur de l'humain.
  Louise Turgeon (25 critiques, cliquez pour les voir)
 
Genre : Fiction TOP
   Date : avant 2001 ajoutez votre critique


 

Livre(s) de Bernhard Schlink critiqué(s) sur le Guide

Amours en fuite
autre (L')
Brouillard sur Mannheim
hiver à Mannheim (Un)
liseur (Le)
retour (Le)

 

En ligne : 107 visiteur(s)




Liste des lecteurs
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

recommander ce site
 



[Suggérez-nous un sondage]


 

 
up

hebdotop
Votez pour ce site