Plus de 15 000 critiques à consulter !
Recherche :
Cliquez ici pour retourner à la page d'accueilLe Guide de la Bonne Lecture 
« Une bibliothèque est un hôpital pour l’esprit. » -- Inscription dans l’ancienne bibliothèque d’Alexandrie
Nouveautés
Bouquinet
VOS LIVRES COUPS DE COEUR
Forum de discussion
QUIZZ
LIENS
100 DERNIÈRES CRITIQUES AJOUTÉES
Écrivez votre critique
 

Par genre
Arts et littérature
Bandes dessinées
Biographie
Classique littéraire
Enfant
Ésotérisme
Essai
Faits vécus
Fiction
Histoire, Géographie et Politique
Horreur
Humour
Jeunesse
Langue et linguistique
Le livre ou le film?
Littérature érotique
Mystère et Policier
Philosophie, religion et spiritualité
Poésie
Psychologie et Sociologie
Romance
Roman historique
Science
Science fiction et Fantaisie
Théâtre
Vie pratique
Voyage et Tourisme

Liste par auteurs
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Liste par titres
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z
1
2
3
4
5
6
7
8
9


Critique sur
les auteurs
Portrait
d'auteurs
Les auteurs
sur le net
Pseudonymes

infos
Contacts
Recherche
Plan du site
FAQ
Ajouter un lien vers le Guide depuis votre site

 
Je voudrais qu'on m'efface
4 étoiles

    Barbeau-Lavalette, Anaïs  lister les titres de cet auteur 
  La tristesse infinie et le désespoir en trois-D.
Ce récit relate brutalement, dans l’un des quartiers les plus pauvres du Canada, l’histoire de grands dénuements transgénérationnels. Ainsi, dans les bas-fonds de l’arrondissement d’Hochelaga-Maisonneuve, telle une tradition, vivent des événements extrêmement pénibles et douloureux moralement, Kevin, Roxanne et Mélissa, prépubères. Parmi une confusion de rôles, enfants et parents, des personnages en plein désarroi, blessés par la vie, ne peuvent s’appuyer que sur la détresse de l’autre pour s’évaporer de leur carcan de calamité.
D’abord, dans «un coin de la cour d’école […] Kévin se bat la rage au ventre pour tout ce qu’il n’est pas.» Un certain soir, il s’apaise. Il abrite son père affligé par une existence remplie d’épreuves avant de se lover près de lui. Ensuite, Roxanne, pendant que sa mère lui hurle de la protéger des coups de son conjoint, écoute toujours plus fort Chostakovitch. Le lendemain, à l’épicerie du coin, elle achète son petit-déjeuner: un May West; et règle son emplette avec les bouteilles de bière vides laissées après la bagarre. Elle traîne également son malheur devant un groupe d’alcooliques anonymes et délivre à son géniteur son diplôme d’abstinence «Elle se sent si forte lui si petit.» Puis, sans adulte à la maison, Mélissa, ses deux jeunes frères qui pâtissent avec elle, suit les traces de sa mère en payant en nature le loyer.
Les phrases courtes, le niveau de langue des personnages et de la narratrice donnent davantage l’impression de faits réels plutôt que fictifs. Les nombreuses figures de style, entre autres plusieurs métaphores, atténuent la lourdeur du roman. Sans apitoiement excessif, l’auteur, avec ses mots, chamboule les sentiments du lecteur, l’amène à percevoir, ressentir une infime partie de l’abattement et de la peine de ces gens infortunés. Au nom des parents, ces ex-enfants, de ces trois pré-adolescents et de leurs futures descendances, elle lance un cri sourd de ralliement contre la pauvreté démesurée et souligne la bassesse de la société à tolérer sans cesse ces situations.
  Jean Leclerc (première critique)
 
Genre : Fiction TOP
   Date : 4/1/2011 ajoutez votre critique


 

Livre(s) de Anaïs Barbeau-Lavalette critiqué(s) sur le Guide

Je voudrais qu'on m'efface

 

En ligne : 1161 visiteur(s)




Liste des lecteurs
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

recommander ce site
 



[Suggérez-nous un sondage]


 

 
up

hebdotop
Votez pour ce site