Plus de 15 000 critiques à consulter !
Recherche :
Cliquez ici pour retourner à la page d'accueilLe Guide de la Bonne Lecture 
« Ce que l'on apprend dans les livres, c'est la grammaire du silence » -- Christian Bobin
Nouveautés
Bouquinet
VOS LIVRES COUPS DE COEUR
Forum de discussion
QUIZZ
LIENS
100 DERNIÈRES CRITIQUES AJOUTÉES
Écrivez votre critique
 

Par genre
Arts et littérature
Bandes dessinées
Biographie
Classique littéraire
Enfant
Ésotérisme
Essai
Faits vécus
Fiction
Histoire, Géographie et Politique
Horreur
Humour
Jeunesse
Langue et linguistique
Le livre ou le film?
Littérature érotique
Mystère et Policier
Philosophie, religion et spiritualité
Poésie
Psychologie et Sociologie
Romance
Roman historique
Science
Science fiction et Fantaisie
Théâtre
Vie pratique
Voyage et Tourisme

Liste par auteurs
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Liste par titres
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z
1
2
3
4
5
6
7
8
9


Critique sur
les auteurs
Portrait
d'auteurs
Les auteurs
sur le net
Pseudonymes

infos
Contacts
Recherche
Plan du site
FAQ
Ajouter un lien vers le Guide depuis votre site

 
* 
Georges Simenon, l'auteur
3 étoiles

    Simenon, Georges  lister les titres de cet auteur 
  Longtemps, j'ai pensé que Simenon se limitait à Maigret et comme pour moi, Maigret se limitait à Bruno Cremer, Simenon était une sorte de Cremer. Longtemps, je n'ai pas essayé de chercher plus loin car pour tout dire, je trouvais la série un peu chiante, préférant largement les Nestor Burma avec Guy Marchand tournés à la même époque.
Jusqu'au jour où, au milieu des années 1990, dans une brocante du sud de la France, je suis tombé sur La fuite de monsieur monde: un livre signé Simenon qui m'a fasciné et qui n'avait rien de policier. Je me suis alors mis à m'intéresser à l'auteur et j'ai réalisé que je le connaissais beaucoup plus que je me l'imaginais à travers deux films tirés de ses romans qui m'avaient eux aussi beaucoup marqués: « Monsieur Hire » avec Michel Blanc et Les fantômes du Chapelier avec Michel Serrault et Charles Aznavour. Dernièrement, j'ai été une fois de plus émerveillé en voyant « Le train » sur une chaîne de la TNT : film de 73 avec Jean Louis Trintignant et Romy Shneider. Il fallait que je perse ce mystère et je me suis mis en quête d'une biographie. Internet m'a proposé son autobiographie mais comme je me méfie de ce genre d'écrits, j'ai choisi l'ouvrage de Pierre Assouline.
Aucune référence à Bruno Cremer : la série a débuté en 1991 et la biographie se termine le 4 septembre 1989, date de la mort de l'écrivain. Georges Simenon est né à Liège en 1903. A 19 ans, il quitte sa province et son pays, bien décidé à conquérir Paris. Il va d'abord écrire pour vivre avant de vivre pour écrire. Grâce à une capacité phénoménale de production littéraire, il y parviendra sans trop de difficulté. Au début des années 30, il crée le personnage du commissaire Maigret qui lui assurera le gîte et le couvert jusqu'à la fin de ses jours. Peu avant la guerre, il rêve de devenir écrivain, d'écrire ce qu'il appelle des « romans durs », et il trouve un Mentor en la personne d'André Gide qui l'aidera effectivement à en écrire de très beaux. Peu après le début du conflit mondial, il devient à son tour le Mentor d'un petit jeune qui deviendra lui aussi un grand nom du polar industriel Français : Fréderic Dard. Notoirement antisémite, il se comportera avec l'occupant moins en affreux collabo qu'en homme d'affaire à la morale douteuse et passera comme tant d'autre entre les mailles de l'épuration.
Dans les années 50, il dira à qui voudra l'entendre qu'il refuserait un prix Nobel de littérature qui, pour son grand malheur, ne lui sera jamais proposé. Il souffrira ainsi jusqu'à la fin de ses jours du dédain des milieux littéraires qui le verront toujours plus comme une curiosité littéraire que comme un écrivain. A la fin des années 60, il décide d'arrêter d'écrire et à partir de 1978, année du suicide de sa fille, il commencera à s'éteindre.
Comme ses romans et comme les films qui en sont tirés, Georges Simenon est un écrivain trouble qui, à mon sens, laissera dans l'histoire de la littérature et du cinéma Ce froid et lucide désespoir dont il parle à Gide dans cette lettre de 1948 en évoquant La fuite de monsieur Monde.
Comme le dit Assouline, ses romans seront tous des histoires d'hommes qui passent sans le savoir vraiment à côté de leur vie…peut être une clef du mystère.
  Charles (25 critiques, cliquez pour les voir)
 
Genre : Mystère et Policier TOP
   Date : 8/15/2012 * nouveauté * ajoutez votre critique


 

Livre(s) de Georges Simenon critiqué(s) sur le Guide

chat (Le)
chien jaune (Le)
fond de la bouteille (Le)
Georges Simenon, l'auteur
innocents (Les)
Maigret chez le coroner
nègre (Le)
train de Venise (Le)
Trois chambres à Manhattan

 

En ligne : 690 visiteur(s)




Liste des lecteurs
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

recommander ce site
 



[Suggérez-nous un sondage]


 

 
up

hebdotop
Votez pour ce site