Plus de 15 000 critiques à consulter !
Recherche :
Cliquez ici pour retourner à la page d'accueilLe Guide de la Bonne Lecture 
« Ce que l'on apprend dans les livres, c'est la grammaire du silence » -- Christian Bobin
Nouveautés
Bouquinet
VOS LIVRES COUPS DE COEUR
Forum de discussion
QUIZZ
LIENS
100 DERNIÈRES CRITIQUES AJOUTÉES
Écrivez votre critique
 

Par genre
Arts et littérature
Bandes dessinées
Biographie
Classique littéraire
Enfant
Ésotérisme
Essai
Faits vécus
Fiction
Histoire, Géographie et Politique
Horreur
Humour
Jeunesse
Langue et linguistique
Le livre ou le film?
Littérature érotique
Mystère et Policier
Philosophie, religion et spiritualité
Poésie
Psychologie et Sociologie
Romance
Roman historique
Science
Science fiction et Fantaisie
Théâtre
Vie pratique
Voyage et Tourisme

Liste par auteurs
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Liste par titres
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z
1
2
3
4
5
6
7
8
9


Critique sur
les auteurs
Portrait
d'auteurs
Les auteurs
sur le net
Pseudonymes

infos
Contacts
Recherche
Plan du site
FAQ
Ajouter un lien vers le Guide depuis votre site

 
* 
Dans la main du diable
4 étoiles

    Garat, Anne-Marie  lister les titres de cet auteur 
  Automne 1913, Gabrielle Demachy, une jeune fille un peu nunuche apprend la mort de son cousin dont elle était éperdument amoureuse et dont elle n'avait pas de nouvelles depuis cinq ans. Manipulée par un méchant assez réussi du ministère de la guerre, elle partira tête baissée à la recherche des causes de cette disparition.
S'il y avait deux mots pour résumer ce livre, ce serait « Burp » et « Gloups ».
Burp tout d'abord du fait des 1280 pages qui le composent. Il faut se le farcir ce pavé. Comme aurait dit un de mes anciens chefs, poète à ses heures perdues : « c'était un sacré suppositoire ». Longueurs ? Oui mais c'est peut être une question de goût. J'ai eu du mal avec ce lyrisme grandiloquent, avec cette écriture baroque est ultra fouillée. Du mal aussi avec le personnage de Gabrielle qui, à force d'être trop parfait, devient transparent, insipide, plus vraiment réel. La romance interminable entre Gabrielle et le beau ténébreux avec lequel elle finit par conclure au bout de 900 pages m'a mortèlement ennuyée. Là encore, intrigue trop chargée, trop de guimauveries, trop d'Harlequin (ceci dit, je me suis bien fait prendre au piège avec l'épisode de Venise). Bref, j'avoue que j'en ai un peu bavé.
Ceci étant dit, il y a quand même beaucoup de choses positives dans ce livre. La description d'une époque sous toutes ses coutures avec la marche inexorable vers la guerre. Une époque qui restera sourde aux cris de ceux, trop rares, qui dénonceront les atrocités qui se profilent.
Dans la main du diable, c'est aussi une saga familiale, un Dallas avec ombrelles, chapeaux melons, tenues de bain compliquées et moustaches : les Bertin-Gallay. Industriels en biscuiterie menés d'une main de fer par Mathilde, aussi efficace en chef d'entreprise qu'en chef de famille. Henry de Gallay, le mari de Mathilde, éternel voyageur. Pierre, le médecin, le fils qui a réussi. Blanche, la peste. Didier, le petit fils qui tourne mal. Sophie, la fragile. Charles le gendre libidineux. Daniel, un autre fils, écrasé par son aîné et qui se réfugie dans l'industrie cinématographique pour se libérer de ce poids. A cela, il faut ajouter une armée de domestiques : Meyer, le bourru au grand cœur, Maurran, Sassette, Pauline… Impossible de retenir tous ces visages, toutes ces histoires. Il reste une impression globale, l'impression d'un fourmillement, d'un monde qui gigote, qui rit, qui pleur. Un monde avec des méchants et des gentils. Un monde dans lequel pour sortir des moments difficiles, avoir des amis, c'est bien utile.
Et c'est là qu'intervient le gloups car, vous pouvez le deviner, cette histoire se termine à la fin de l'été 14 avec le début de la première guerre mondiale. En un paragraphe, Anne-Marie Garat brise les destins de tous ces personnages. Comme d'un simple coup de crayon qu'un démiurge aurait négligemment tracé sur une feuille de papier, comme un gigantesque couperet qui s’abattrait brutalement sur une société toute en devenir. Tout est balayé, dynamité, étripé, gazé, défiguré, traumatisé. L'effet est saisissant. Difficile de ne pas être ému.
Je ne lirai pas tous les jours un livre de 1200 pages mais je reconnais que celui là valait le détour. Un livre qui parle de la cruauté du temps, de la mémoire et de l'oubli, de photos jaunies prometteuses d'un destin qui ne sera pas et qui finiront elles aussi par être oubliées.
  Charles (25 critiques, cliquez pour les voir)
 
Genre : Fiction TOP
   Date : 5/15/2012 * nouveauté * ajoutez votre critique


 

Livre(s) de Anne-Marie Garat critiqué(s) sur le Guide

Dans la main du diable

 

En ligne : 330 visiteur(s)




Liste des lecteurs
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

recommander ce site
 



[Suggérez-nous un sondage]


 

 
up

hebdotop
Votez pour ce site