Plus de 15 000 critiques à consulter !
Recherche :
Cliquez ici pour retourner à la page d'accueilLe Guide de la Bonne Lecture 
« La vie puise dans l’écriture et les livres s’inspirent de la réalité » -- Enrique Vila-Matas
Nouveautés
Bouquinet
VOS LIVRES COUPS DE COEUR
Forum de discussion
QUIZZ
LIENS
100 DERNIÈRES CRITIQUES AJOUTÉES
Écrivez votre critique
 

Par genre
Arts et littérature
Bandes dessinées
Biographie
Classique littéraire
Enfant
Ésotérisme
Essai
Faits vécus
Fiction
Histoire, Géographie et Politique
Horreur
Humour
Jeunesse
Langue et linguistique
Le livre ou le film?
Littérature érotique
Mystère et Policier
Philosophie, religion et spiritualité
Poésie
Psychologie et Sociologie
Romance
Roman historique
Science
Science fiction et Fantaisie
Théâtre
Vie pratique
Voyage et Tourisme

Liste par auteurs
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Liste par titres
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z
1
2
3
4
5
6
7
8
9


Critique sur
les auteurs
Portrait
d'auteurs
Les auteurs
sur le net
Pseudonymes

infos
Contacts
Recherche
Plan du site
FAQ
Ajouter un lien vers le Guide depuis votre site

 
American Psycho
4.5 étoiles

    Ellis, Bret Easton  lister les titres de cet auteur 
  C'est après avoir vu le film que j'ai décidé de sortir ce livre de la bibliothèque où il m'attendait depuis des années! Il y avait eu tant de bruit autour de ce livre que cela avait coupé mon envie de le lire! Mais le cynisme et la folie du personnage dans le film m'ont convaincue de lire l'oeuvre originale. Et là, quelle découverte! La détresse du personnage, son déphasage sont effrayants, bien plus que les scènes de sexe ou de découpage, sévices divers qui s'étalent sur plusieurs pages de suite mais qui ne représentent qu'une petite partie du livre.
Le monde des yuppies apparaît comme un monde superficiel où seule l'apparence (voir les longues et répétitives descriptions vestimentaires), l'avoir qu'on doit aussi ouvertement afficher comptent.
Patrick Bateman est un homme de pouvoir, riche, travaillant dans un cabinet avec une secrétaire qui gère ses réservations dans les lieux à la mode ou ses rendez-vous avec ses maîtresses. Le jour, il donne l'apparence d'un homme d'affaire et le soir, il se libère de toutes ses chaînes et n'a plus aucune retenue. Il ne sait plus ressentir, il ne sait plus s'apitoyer, s'attendrir; ne sait plus jouir sans faire souffrir!
Le livre a surtout choqué par les scènes de meurtres mais ce qui est plus choquant, c'est la description d'un homme emblématique du capitalisme américain qui prend les êtres humains comme des biens consommables que l'on peut jeter après emploi! La misère est pour lui une sanction que les fainéants, les minables méritent. Voilà pourquoi il s'en prend particulièrement aux clochards!
Plus on avance dans la lecture du livre, et plus on se rend compte de la détresse de Pat Bateman. Quand il décrit à une serveuse les sévices qu'il aimerait faire subir à son corps, c'est un appel au secours; quand il dit à ses amis ce qu'il a fait de ses soirées, c'est la même chose. Quand il le dit à son avocat, celui-ci refuse de le croire! Il n'y a pas d'issue pour ce personnage et c'est d'ailleurs par ces deux mots que se termine le livre!
  Christelle Divry (832 critiques, cliquez pour les voir)
 
Genre : Mystère et Policier TOP
Édition : Points, 513 p.
   Date : 4/1/2003 ajoutez votre critique

American Psycho
4.5 étoiles

    Ellis, Bret Easton  lister les titres de cet auteur 
  Patrick Bateman a 26 ans, golden boy, pur produit de Wall Street. Sa vie ne se résume qu'aux apparences, à une vie où il faut se montrer dans les bons endroits, avec les bonnes personnes, et une ligne de coke. Bref, le stéréotype même du « yuppie »... Mais c'est aussi le soir venu un serial-killer...
Autant le dire tout de suite, American Psycho est tout simplement incroyable de la première à la dernière page... L'histoire va nous amener à vivre un peu plus d'une année avec Bateman (mais non, pas l'homme chauve-souris...). Tout commence comme une description du monde des nouveaux riches de la finance. On y découvre un monde incroyablement superficiel. Ce qui est le plus représentatif de ce fait est bien la description des personnages puisque loin des conventions, l'auteur se contente pour décrire de parler des vêtements que portent les personnages. Non, vous ne saurez pas si la jolie fille à l'autre bout du bar est blonde ou brune, quelle est la couleur de ses yeux... vous saurez qu'elle porte un tailleur Givenchy, des chaussures de chez Untel, un foulard venant d'autre part, etc... Et le personnage de Pat est parfaitement dans la veine du monde qu'il décrit. Ses rares discussions se concentrent sur les manières de s'habiller et ses séances de manucure, sur le travail et sur les endroits à la mode du moment. Patrick est incroyablement artificiel, il ne se pose jamais aucune question, et ne nous donne jamais une justification de ses actes, quels qu'ils soient. Je vais te décapiter. Patrick se mêle en fait parfaitement au milieu dans lequel il vit... Ah oui, peut-être avez-vous trouvé bizarre mon avant-dernière phrase??? Eh bien elle est en fait très représentative du personnage principal. Je m'explique. Au long de sa journée, sans prévenir, il se met à avoir des pulsions meurtrières. Et il nous en fait part en plein milieu d'une discussion comme si cela était tout naturel (et sans que les personnes avec qui il discute ne s'en aperçoivent, puisque personne ne s'intéresse à personne). Et c'est là que débute la partie sombre du roman. On va suivre Pat dans ses crises violentes. Mais, et c'est là une des grandes forces du roman, l'auteur ne nous emporte pas dans une psychanalyse visant à « excuser » le comportement de Patrick. Non, il nous présente les faits, de manière très cruelle, et insiste seulement sur le parallèle entre Pat et la société. Pas besoin de justification immédiate (Pat ne se justifie jamais), il est seulement le fruit de ce que l'Amérique produit sans jamais le montrer. Pat incarne à merveille la dualité qui existe entre la réussite sociale, celle qui fait rêver, faite d'apparence, et le vide intérieur de ceux qui sont les symboles de cette réussite. Et la violence qui suinte de chacune des pages du roman est l'autre côté de la médaille du rêve américain. Les USA ont toujours fait rêver, mais on découvre là l'autre côté, c'est-à-dire la frustration qu'elle engendre chez tous ceux qui n'ont pas réussi, et chez tous ceux à qui il manque quelque chose que l'argent ne peut acheter. Ces frustrés du rêve américain sont symbolisés par l'omniprésence dans le roman des sans-abri, que Pat n'hésite jamais à éliminer », comme pour mieux fuir ses propres cauchemars.
S'il fallait apporter une critique qui relativiserait mon enthousiasme à propos du livre, ce serait bien un reproche de style : l'auteur joue trop sur les descriptions vestimentaires de ses personnages. Certes, comme je le disais ci-dessus, il est tout à fait normal que cela ressorte du livre car c'est un procédé qui décrit très bien Pat, mais je dois avouer que, personnellement, j'en ai avait suffisamment soupé.
La mise en scène de la vie d'un serial-killer complètement intégré au monde artificiel des golden boys de la fin des années 80 aux USA est plus qu'un simple roman policier. On tombe là presque dans l'étude sociologique, dans une dénonciation sans complaisance d'un monde où « paraître » est le seul mot d'ordre. Tout simplement décapant.
  Cédric Blanchard (308 critiques, cliquez pour les voir)
 
Genre : Mystère et Policier TOP
   Date : avant 2001 ajoutez votre critique

American Psycho
4 étoiles

    Ellis, Bret Easton  lister les titres de cet auteur 
  American psycho est un livre assez bizarre et troublant. En fait, on suit à la première personne l'histoire d'un « golden boy » des années 80. Pat Bateman nous décrit ses journées, ses soirées et ses nuits avec des détails minutieux : nous savons exactement ce qu'il porte, quels vêtements et surtout quelles marques, ce qu'il mange, quels produits de beauté il utilise; il décrit tout son petit train train quotidien, du son lever au coucher : ses visites chez l'esthéticienne, la manucure et la salle de sport, sans oublier ses dîners avec ses collègues et amis. Une chose est certaine, le monde dans lequel il vit est superficiel et cruel. Personne ne se reconnaît (mis à part « ses amis »), tout le monde confond tout le monde. Pas étonnant étant donné que le regard se porte d'abord sur l'aspect physique, les choses matérielles, et le visage passe en dernier plan et est aussi vite oublié (sauf les imperfections, genre boutons, rides, etc.).
À l'entendre parler, on aurait l'impression que cet homme a déjà la quarantaine bien passée, alors qu'il n'a que 26 ans : ton blasé, fatigué parfois.
Mais cet homme qui paraît bien sous tous rapports est en fait un psychopathe.
Lors de certains dialogues, Patrick sort des bizarreries, genre « je vais te tuer » ou « la tête de ta voisine est dans mon frigo », mais il est difficile de dire s'il s'agit de voix intérieures ou s'il dit réellement ces paroles car l'interlocuteur n'y prête pas attention. Cela aussi, sans doute, pour insister sur l'égoïsme du monde dans lequel il vit, où personne ne fait attention aux paroles des autres et où ce qui importe est juste ce que l'on dit soi-même.
Patrick Bateman est vice-président de P&P, il vit à New York, Manhattan...
Jeune homme bien sous tous rapports le jour, psychopathe la nuit, Patrick vit dans un monde superficiel où l'argent fait la qualité de l'homme. D'ailleurs, personne ne se connaît réellement, et la vie se limite à des détails futiles tels que la tenue vestimentaire, la beauté d'une carte de visite ou le choix d'un restaurant qui a la cote.
Ce roman est une critique du matérialisme de cette société des années 80. Malgré de longues descriptions sur les tenues ou autres, il faut s'accrocher et surtout avoir le cœur solide. Âmes sensibles s'abstenir. Je lui donne la note de 4/5; certaines longueurs me donnaient envie de lui mettre 3,5/5, mais la manière dont l'auteur nous plonge dans l'histoire, la minutie des détails qui nous fait vraiment « voir » ce qu'on lit, son style qui pourrait nous faire croire que cette histoire est son histoire (ce qui a suscité beaucoup de critiques, en dehors du sujet) m'a fait pencher vers le 4/5.
  Valériane Petit (57 critiques, cliquez pour les voir)
 
Genre : Mystère et Policier TOP
   Date : avant 2001 ajoutez votre critique

American Psycho
5 étoiles

    Ellis, Bret Easton  lister les titres de cet auteur 
  Bret Easton Ellis est génial.
Après avoir pensé qu'il s'agissait d'un énième bouquin sur les serial killers, j'ai finalement sauté le pas. J'ai acheté American Psycho sans trop de convictions, je me suis naïvement dis que j'allais faire une pose entre deux classiques... Au bout de quelques pages, j'ai vite compris que le livre que j'avais dans les mains n'alimentait pas la pose que j'escomptais faire: je lisais un classique!
Si un bouquin retrace et décrit l'esprit US des années 80, alors American Psycho est CE bouquin.
Le génie d'Ellis réside, entre autre, dans sa capacité à ne pas tomber dans les travers ridicules d'un tueur en série récurant et stéréotypé... Ellis a adapté avec talent ce phantasme collectif d'une Amérique folle pour servir une cause bien plus fondamentale. La description froide, méthodique, perfide, ignoble, insoutenable, insensible des meurtres de Patrick Bateman, golden boy de Big Apple, n'est que le prétexte d'un assassinat autrement plus symbolique, celui du Rêve Américain. Il n'y a aucune ambiguïté vis à vis des motivations d'Ellis... Il a délibérément fait le choix d'un personnage creux, à l'image de ces Yuppies de Wall Street, où le Faire-Savoir est plus important que le Savoir ou le Savoir-Faire... A aucun moment l'auteur nous informe sur les raisons qui pousse Bateman à agir; roman pourtant écrit à la 1er personne intérieure, il évite avec brio ce misérable cliché: là n'est pas la question...
Ellis veut légitimement anéantir le mythe du Rêve Américain qui a englouti des millions d'individus de par le monde, comme il veut casser cette attraction irrésistible vers cet Eldorado qui promet richesse, célébrité, reconnaissance et confort matériel aux naïfs.
Ellis gratte, récure, creuse et nous montre l'envers de ce mythe: Horreur, argent, nombrilisme, exploitation, méprit, haine, corruption, violence... Comble du raffinement, il nous le montre par les yeux d'un des membres les plus représentatifs de ce Rêve Américain!
L'exploitation de la double dualité golden boy/serial Killer et Rêve Américain/Cauchemar, le tout parfaitement imbriqué, est si pertinente qu'elle en devient subversive!
Plus qu'un simple polar, plus qu'un roman policier, American Psycho est presque une étude sociologique, où Ellis utilise les outils de l'ethnographie pour décrire... C'est justement cette description qui force le respect: Jamais Ellis ne porte de jugement de valeur, il n'a pas de leçon à donner, il décrit, il montre, il jalonne, il balise, rien de plus... Et pourtant, c'est déjà énorme!
Pour ceux qui se bornent à croire qu'A.P. fait l'apologie de la violence gratuite et humide, suite à une lecture de surface, je leur dirai qu'il est inutile de poursuivre dans la littérature policière moderne, en général, car ils n'ont pas compris la causalité et la finalité du polar !

Suggestion(s) de lecture :

James Ellroy: Un tueur sur la route
Thomas Harris: Dragon rouge et Le silence des agneaux
  Jean-Christophe Dupont (première critique)
 
Genre : Mystère et Policier TOP
Édition : Seuil
   Date : avant 2001 ajoutez votre critique


 

Livre(s) de Bret Easton Ellis critiqué(s) sur le Guide

American Psycho
American Psycho
Lunar Park
Moins que zéro
Zombies

 

En ligne : 596 visiteur(s)




Liste des lecteurs
A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

recommander ce site
 



[Suggérez-nous un sondage]


 

 
up

hebdotop
Votez pour ce site